Journée d’étude organisée en partenariat avec le Réseau clinique et travail social

 

Journée animée par Guirec LABBÉ, philosophe, formateur, spécialiste des questions éthiques dans le travail social.

Lundi 6 mai 2019 – 10h00-17h00


Tarif réduit applicable pour les demandeurs d’emploi, retraités et étudiants : 120 € TTC

Tarif normal : 180 € TTC


Public :

Cette journée s’adresse à tous les professionnels désirant outiller leur réflexion sur les enjeux éthiques inhérents à leur pratique professionnelle.

Objectifs :

  • Identifier  la dimension éthique inhérente à sa pratique professionnelle
  • Repérer les tensions et articulations entre les valeurs historiques du travail social et les mutations qui le traversent
  • Comprendre les enjeux éthiques de la relation avec l’autre en souffrance, en intégrant les enjeux du vivre ensemble de l’institution

PROGRAMME

« On entre en éthique quand, à la volonté de la liberté pour soi, on veut en même temps que la liberté de l’autre soit »                               Paul Ricœur

 

Trivialement, l’éthique se présente avant tout comme un discours sur les valeurs. Aborder l’éthique dans le travail social nous invitera alors à déployer durant cette journée deux perspectives de réflexion distinctes qui devront s’articuler : le sens éthique du travail social en général et les enjeux éthiques à l’œuvre dans la relation professionnels usagers.

Programme de la matinée : conférence- débat : les valeurs du travail social.

D’un point de vue général, penser le travail social sous le prisme de l’éthique nous invite à réfléchir sur les valeurs du travail social pour mettre en question ce qui aujourd’hui l’oriente et le détermine. De fait, si ce n’est en crise, le travail social est en mutation. Ce premier temps, auquel nous consacrerons la matinée nous permettra de dégager les impasses et contradictions du travail social contemporain pour mette en lumière des horizons de sens ajustés, des marges de manœuvre et, sous son acception éthique la plus noble, pourquoi pas de résistance.

  • Comment le travail social compose-t-il avec le réel du monde contemporain, soumis aux lois du libéralisme, qui dessine son objet sous les traits toujours plus affirmer de la précarité et entraine le travail social lui-même dans ses nouvelles logiques de rationalisation des tâches, de gestion et d’évaluation ?
  • Comment l’éthique peut-elle nous permettre d’interroger la réalité du travail social et de dégager de nouveaux horizons de sens ?
  • Qu’est-ce qui aujourd’hui peut faire boussole pour le travail social ?

Programme de l’après-midi : les enjeux éthiques dans la relation professionnels usagers.

Parce qu’il n’y a qu’ancrée dans la réalité contemporaine du travail social et dans le réel du tiraillement avec lequel les professionnels doivent composer que toute relation éthique duelle d’accueil, de rencontre et d’accompagnement peut être pensée concrètement, être porteuse de sens.

Dans un premier temps, nous ouvrirons l’après-midi sur une réflexion générale sur l’éthique. Avec Ricœur, nous la distinguerons de la morale et de la déontologie. Nous comprendrons à quel point une réflexion sur l’éthique implique nécessairement des enjeux de composition, de tiraillement, de conflit éthique, de choix, de risque, de subjectivité et de subjectivation.

Ensuite, la formule de Ricœur, selon laquelle « on entre en éthique quand, à la volonté de la liberté pour soi, on veut en même temps que la liberté de l’autre soit » nous permettra de plonger au cœur de la relation professionnels usagers pour en déployer les enjeux éthiques profonds. Rapidement interprété, avoir un désir éthique, c’est désirer que l’autre se réalise comme sujet. Et quelles implications pour ce désir éthique ?

  • Comment concilier l’exigence d’accompagnement avec certaines missions vectorisées par un idéal d’insertion ? Comment se protéger de son propre désir et autres projections pour l’autre dans la relation d’accompagnement ? Encore, comment  faire avec des personnes sans demande ?
  • Comment peut-on espérer que l’autre se réalise sans en même temps prendre en compte et lutter contre ce qui fait empêchement à sa réalisation, à entendre ici ce qui peut faire obstacle à son désir, et s’identifier sous la figure de la souffrance (sociale et psychique) ? L’éthique, en effet, n’implique-t-elle pas une forme de désir clinique qui s’adresse directement à l’individu comme au social qui détermine radicalement les conditions de possibilité de réalisation du sujet ? L’éthique n’est-elle pas par ailleurs toujours vectorisée en même temps par l’autre du face et face et par l’autre social garant du vivre ensemble ? L’éthique du care, notamment à travers la pensée de Frédéric Worms, pourra ici être mobilisée.

Il s’agira alors de réfléchir aux mutations du travail social. Comment entretenir un désir éthique dans la relation à l’autre dans un contexte de rationalisation des tâches, de réduction des moyens et des temps de rencontre ? Quels outils ? Quelles médiations ? Quelles valeurs mobiliser ? Sur quoi notre désir ne doit-il pas lâcher ? L’éthique de la psychanalyse et de la psychothérapie institutionnelle pourront ici nous servir de boussole. 

 

Flyer de la journée d’étude

 

 

A l’articulation du travail social et de la psychologie clinique, RCTS s’engage sur les valeurs d’accueil, d’écoute et de transmission auprès des professionnels pour les accompagner dans leur pratique.

https://www.clinique-et-travail-social.com/


RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS :

Marie-Laure COMPPER, Responsable de secteur

Par téléphone : 01.44.93.44.74 ou 01.44.93.44.88

E-mail : seminaires-epe@epe-idf.com

Tarif réduit applicable pour les demandeurs d’emploi, retraités et étudiants : 120 € TTC

Tarif normal : 180 € TTC